Il est évident qu'il en va de nos libertés, que chaque petit geste-comme ce billet et cette bannière sur ce blog- pourrait compter. Mais plutôt qu'une longue tirade sur la défense de nos libertés je vais vous donner un exemple concret qui s'applique à ma situation et qui me fait peur si cette loi venait à passer.

Je suis un fonero. Oui je l'avoue, je partage un peu de ma connexion librement pour pouvoir profiter de la connexion des autres foneros lorsque je me déplace. Je suis aussi cofondateur et cogérant d'une société, Kayuko, dont le mode de fonctionnement est le télétravail.

Si jamais un invité vient à se connecter sur ma fonera et à télécharger un fichier interdit, que va-t'il se passer ?

Ma connexion sera coupée. Je ne pourrais plus travailler. Je vais faire couler ma société et entrainer avec moi mon associé qui lui n'aura pourtant rien fait d'illégal, tout comme moi.

Ma démonstration vous semble exagérée et stupide ? Oui, elle l'est volontairement. Mais elle montre à quel point celles et ceux qui poussent cette loi HADOPI le sont aussi.

Pour plus d'informations, je vous invite à lire le très bon dossier de la Quadrature du net concernant la loi HADOPI.